Historique

Amphi de l'école Centrale 1910Au début des années 1920, les responsables de l'enseignement technique du Ministère de l'Instruction Publique désirèrent jeter les bases d'un système d'orientation efficace pour les élèves terminant leur scolarité primaire et se destinant à l'apprentissage. En même temps, un groupe de scientifiques positivistes et "progressistes" souhaitaient organiser de manière plus rationnelle et plus équitable la société en fondant le processus d'affectation sociale sur des méthodes psychotechniques.


La rencontre de ces deux ordres de préoccupations conduisit à la création en 1928 d'un "établissement libre d'enseignement supérieur", l'Institut National d'Orientation Professionnelle. Le président de son conseil d'administration était directeur de l'enseignement technique, Edmond Labbé. Il était dirigé par Henri Piéron, professeur de psychologie au Collège de France, assisté de Henri Laugier, un universitaire, professeur de physiologie, et de Julien Fontègne, inspecteur général de l'enseignement technique.

L'INOP devait remplir trois fonctions :

  • prendre en charge la formation des Conseillers d'orientation professionnelle
  • réaliser des recherches dans le domaine de l'orientation
  • constituer un centre de documentation sur les métiers

Cette dernière fonction sera abandonnée au profit d'autres organismes au lendemain de la seconde guerre mondiale.
 
En 1939, en même temps qu'il s'installait dans les locaux actuels de la rue Gay-Lussac, l'INOP devint l'Institut national d'étude du travail et d'orientation professionnelle -  INETOP. A la suite d'une très vive campagne de la presse collaborationniste, l'Inetop faillit disparaître. Il ne survécut que grâce à l'attitude amicale des responsables du Conservatoire national des arts et métiers au sein duquel il "se réfugia" en 1941.
Depuis cette date, l'Inetop est un institut du Cnam.